Le livre ancien dans le Nord :
Les liens entre le Nord-Pas-de-Calais et l'écrit sont des plus étroits et des plus reculés dans le temps. En atteste l'antiquité des scriptoria de
Saint-Amand ou de Saint-Omer. Qui plus est à la région s'inscrit dans le tout premier espace européen du livre imprimé et les achats par l'abbé de Saint-Aubert de Cambrai, en 1446 et 1451, de livres "jetés en mole", enflamment les historiens. Que le Hainaut ait vu aux alentours de 1500 imprimer Jean Molinet, Georges Chastellain et Olivier de la marche
- auteurs de qualité - est à la gloire de ce pays où les imprimeurs de Cambrai ou de Lille (1518), allumèrent promptement, de l'esprit, d'autres feux. Forte tradition donc d'imprimeurs-libraires, de libraires-éditeurs, de graveurs-vendeurs d'images sur bois ou sur cuivre, de libraires en neuf et en vieux dont la passion est, aujourd'hui, reprise et maintenue, d'abord par les quelque vingt membres de l'association Lille Livres Anciens de la métropole lilloise, attentifs, tous à répondre à la demande d'amoureux du livre, venus de toute l'Euro-région, dont les beaux soucis vont de l'incunable à la bande dessinée. Forte tradition donc, aussi, de leur bibliophilie. Le catalogue de la bibliothèque de l'un d'eux, dispersée en 1765, comprenait 6 246 numéros, soit environ 18 000 volumes; parmi
ceux-ci, le premier livre imprimé par Gutenberg, cette Bible dont les premiers mots sont: "Fiat lux". "Que la lumière soit!". Qu'elle soit, cette lumière du Nord, qu'elle demeure et se propage par nos marchands de livres anciens qui, bien plus que des marchands, sont, au vrai, des mentors dont la fréquentation et plus encore l'amitié, honorent. Michel MARCQ